Neurotransmetteur, sérotonine et FIBROMYALGIE

Neurotransmetteur, sérotonine et FIBROMYALGIE

Comme je l'ai écrit dans le préambule de cet exposé, les antidépresseurs ont leur place dans le traitement de la fibromyalgie, tout comme ils sont utiles dans la prise en charge des patients hypothyroïdiens souffrant d'un état dépressif. On a remarqué chez les patients atteints de FMS un taux de sérotonine inférieur à la normal. Les antidépresseurs sont utilisés pour augmenter le taux de sérotonine. La sérotonine est un neurotransmetteur. Les neurotransmetteurs constituent le langage du système nerveux qui permet aux cellules nerveuses de transmettre l'influx nerveux entre elles ou entre un neurone et d'autres variétés de cellules (muscles, glandes). La colère, la faim, le sommeil, la pensée, la réflexion (entre autres) sont les résultats de l’action de ces molécules de communication. Dans l'ensemble, les individus atteints de fibromyalgie semblent percevoir la douleur de façon différente des autres. Il semble s'agir d'une perturbation du seuil de perception de la douleur. La fibromyalgie semble s'expliquer par le fonctionnement inadapté des neurotransmetteurs. Une anomalie du contrôle central de la douleur pourrait expliquer la fibromyalgie. Certains neuromédiateurs tels que la sérotonine sont accusés d'être des médiateurs de la fibromyalgie puisqu'ils permettent de communiquer les signaux de douleur.
Les équipes médicales concernées par la recherche sur la fibromyalgie estiment qu'il existe une perturbation de l'interprétation de la douleur par le système nerveux central. On parle pour cette raison de mauvaise intégration des stimuli nociceptifs. Le terme nociceptif désigne tout ce qui est en relation, tout ce qui capte les excitations douloureuses. Ce phénomène serait le résultat d'un dysfonctionnement de certaines zones du cerveau et plus particulièrement du thalamus et du noyau caudé, qui sont des noyaux gris centraux de l'encéphale. Rappelons l'existence d'une prédisposition génétique dans la fibromyalgie.

Mais tous les patients souffrant de fibromyalgie ne répondent pas efficacement aux antidépresseurs. Certains doivent arrêter le traitement dès les premiers jours en raison d'effets secondaires, dont l'état "zombi" signalé par nombre de patients. Ils accroissent parfois l'appétit et provoquent un gain de poids dramatique avec le temps. L'efficacité peut varier d'un médicament à un autre, et elle est identique, lorsqu'elle existe, que les patients soient déprimés ou non. La FMS des sujets non déprimés avait simplement moins de répercussions sur leur vie quotidienne. Lorsque la dépression et l'anxiété se manifestent, elles sont le plus souvent le résultat, plutôt que la cause de la fibromyalgie.

Retour
 

[email protected]
Retour en haut de la page

Copyright © 2009-2019 fibrokur.com All rights reserved. בנייה וקידום אתרים