FIBROMYALGIE : LES POINTS ESSENTIELS

FIBROMYALGIE :  LES  POINTS  ESSENTIELS

 

QU'EST-CE QU'UN SYNDROME?

Un syndrome décrit un ensemble de symptômes qui collectivement indique ou caractérise une maladie. Le terme est utilisé la plupart du temps en référence à des manifestations cliniques qui dans leur entité échappent à toute explication physiopathologique. Un syndrome inclue une combinaison de signes majeurs, essentiels au diagnostic, et de signes mineurs non toujours présents.

 

QUAND LE TERME FMS A-T-IL ÉTÉ EMPLOYE POUR LA 1ère FOIS?

Le syndrome de la fibromyalgie (FMS) a été déclaré en tant qu'entité clinique à part entière par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) lors de la Déclaration de Copenhague en date du 1.1.1993. Elle a été reconnue comme étant la cause la plus fréquente des douleurs musculaires diffuses chroniques.

 

PREVALENCE SUR LA POPULATION GENERALE

3 à 5% de la population générale souffre de FMS.

Le FMS est présent dans toutes les ethnies et dans toutes les régions du monde. Elle touche une proportion de 85% de femmes pour 15 % d'hommes. 11 millions au moins d'Américains souffrent de FMS, 200 000 individus en Israël (dont au moins 170 000 sont des femmes). Les rhumatologues parlent de l'affection la plus fréquente qu'il leur est donné de voir en consultation. Tous les âges sont concernés, de l'enfant à la personne âgée, avec un pic maximum chez la femme en âge de procréer. La FMS pédiatrique n'est pas rare.

 

LE SYNDROME DE LA FIBROMYALGIE (FMS)

La fibromyalgie est une maladie chronique, cyclique et protéiforme, c'est-à-dire qui se présente sous les aspects les plus divers. Elle se distingue d'autres maladies du fait qu'elle n'affecte pas un type de cellule particulier ni un organe spécifique. Elle se manifeste par une myriade de symptômes qui apparemment n'ont aucun lien les uns avec les autres. De plus, il existe un nombre infini de combinaisons de symptômes entre eux avec des variations d'un jour à l'autre. Sont également différents les premiers troubles d'un malade à l'autre, et il semble bien souvent difficile de déterminer quand se sont installées les premières manifestations de la maladie. Avec le temps, il est cependant possible de dégager des dénominateurs communs: répercussion préjudiciable sur la vie professionnelle et sur la vie de tous les jours, perturbation des liens familiaux et des relations avec autrui, perturbation psychique, avec dans bons nombres de cas une invalidité mentale et physique marquée.

 

DESCRIPTION DES SYMPTOMES LES PLUS COMMUNS

Troubles musculaires et ostéo-articulaires:douleurs généralisées au niveau des muscles, des tendons et des ligaments avec raidissement souvent marqué au réveil. Les douleurs sont de toutes formes et de tous types, lancinantes, transfixiantes, à type de coup de poignard, de piqures, de contractures, de brûlures, de sensation pseudo-grippale, avec toutes les intrications possibles. Sont souvent concernées les zones préalablement traumatisées ou opérées. Des douleurs temporo-maxillaires sont fréquentes, associées parfois avec des difficultés de la mastication, de même que des douleurs faciales parfois atroces et des céphalées dont l'origine est souvent décrite à la nuque. Les maux de tête peuvent être généralisés ou concerner seulement une moitié du visage ou n'être localisés que dans la région occipitale et à la nuque. Il existe fréquemment des douleurs articulaires ou juxta-articulaires (jouxtant l'articulation), avec ou sans gonflement, siégeant aux épaules, aux poignets, aux doigts, aux genoux. S'associent parfois des douleurs déchirantes aux chevilles. Les muscles peuvent être le siège de légères fasciculations ou convulsions, et il n'est pas rare de rencontrer le syndrome de la jambe sans repos. Souvent les patients décrivent des sortes de décharges électriques dans les muscles ou des fourmillements et une faiblesse musculaire généralisée.

Le Collège Américain de Rhumatologie (ACR) a établi des critères de diagnostic de la FMS.

    1. L'historique de douleurs diffuses présentes depuis au moins 3 mois:

            - Douleurs de part et d'autre du corps

            - Douleurs au-dessous et au-dessus de la taille

            - Douleurs rachidiennes cervicales, dorsales ou lombaires

            - Douleurs thoraciques antérieures

    2. Douleurs à la palpation digitale d'au moins 11 sur 18 "tender points" répertoriés

    3. Exclusion des autres maladies qui peuvent causer des symptômes identiques

Ces critères sont largement connus et utilisés. Selon le ACR, la palpation digitale doit se faire avec une force approximative de 4 kg, le "tender point" devant être douloureux et pas seulement sensible. On aurait tort cependant de leur accorder une valeur formelle. Un certain nombre d'authentiques fibromyalgiques ne répondent pas à ces critères (Cliquez ici)

Troubles du système nerveux: fatigue, irritabilité, nervosité, anxiété, dépression, troubles de la mémoire et de la concentration (fibrofog), apathie, insomnie, réveils nocturnes fréquents et sommeil non récupérateur, vision floue, malaises, vertiges ou équilibre instable, maux de tête, migraines.

Troubles gastro-intestinaux: dans 60% des cas, il existe le syndrome du colon irritable qui associé de fréquents gaz, un gonflement abdominal, des crampes abdominales, une constipation ou une diarrhée (ou alternance des deux). Parfois un état nauséeux, des douleurs gastriques avec brûlures, dyspepsie, reflux, hyperacidité gastriques et goût anormal dans la bouche.

Troubles génito-urinaires: 65% des femmes fibromyalgiques présentent des douleurs de la sphère génito-urinaire. Vulvodynie (dans 15% des cas); c'est-à-dire des douleurs de la vulve avec démangeaisons et brûlures des petites lèvres (vulvite) ou de l'orifice vulvaire et de sa périphérie (vestibulite), avec ou non irritation visible de la muqueuse; spasmes vaginaux ou crampes vaginales; douleurs pendant ou après les rapports sexuels (dyspareunie) avec ou sans sécheresse vaginale. Dans 25% des cas, cystite interstitielles chronique avec mictions fréquentes diurnes et nocturnes d'une urine souvent concentrée, picotements urinaires, antécédents d'infections urinaires à répétition; spasmes de la vessie. Le syndrome prémenstruel est habituellement plus intense. Tous les troubles de la fibromyalgie présentent une recrudescence prémenstruelle.

Troubles dermatologiques:sensations de picotements, de démangeaisons, de vibration électrique de la peau; toutes sortes de manifestations cutanées prurigineuses ou non, eczéma, crevasses, éruptions de boutons, de furoncles, rashes, neurodermite et dermite séborrhéique; sensation de brûlure surtout intense à la paumes des mains et à la plante des pieds, avec parfois gonflement; sécheresse cutanée; sensibilité exagérée au toucher (hyperesthésie); sueurs profuses avec ou sans bouffées de chaleur. D'intenses démangeaisons peuvent survenir à n'importe quel endroit du corps, avec surtout une recrudescence nocturne. Ongles faibles et cassants, cheveux de mauvaise qualité, tombants et de repousse médiocre. Parfois il existe une réaction excessive de la peau qui rougit et se tuméfie à l'endroit où l'on exerce un léger frottement avec une pointe émoussée (dermatographisme).

Autres manifestations: congestion nasale; bouche sèche, goût anormal souvent métallique dans la bouche;sifflements d'oreilles passagers ou bruits anormaux plus ou moins permanents (tinnitus); engourdissement des mains, des pieds ou du visage, et fourmillements ça ou là (paresthésies); crampes aux jambes et aux pieds; température corporelle basse et grande sensibilité au froid; grande susceptibilité aux infections et aux allergies en tous genres; hypersensibilité aux bruits, à la lumière, aux odeurs et aux produits chimiques; gonflement des paupières et des mains à prédominance matinale; surcharge pondérale; yeux secs irrités; palpitations; parfois syndrome hypoglycémique avec une envie irrésistible d'aliments sucrés.

 

5, 10 OU 20 SYMPTOMES DIFFERENTS

Toutes les cellules du corps peuvent être concernées par la maladie, tous les tissus peuvent être affectés.

Ceux qui souffrent de fibromyalgie peuvent connaître 5, 10 ou 20 symptômes différents, mais parfois l'un d'entre eux, voire deux symptômes, peuvent à eux seuls être dévastateurs, alors que d'autres individus verront leur vie affectée par tout un ensemble de symptômes plus ou moins intenses ou plus ou moins fréquents. Avant qu'un nombre conséquents de symptômes n'attirent l'attention du médecin, certains d'entre eux peuvent n'être qu'inconstants et modérés, d'autres n'être ressentis que deux à trois fois par mois, d'autres plus intermittents encore, intenses quelques jours durant pour disparaître pendant des mois. Et quand un trouble semble dissipé ou apaisé, il revient, ou un nouveau symptôme, tout aussi inexplicable, le remplace. Bien souvent, chaque symptôme sera confié à un spécialiste, et cela empêchera d'avoir une vue d'ensemble, étant donné le nombre de spécialités concernées par la fibromyalgie. Les médecins et leurs patients seront intrigués par le fait que tous ces troubles restent énigmatiques et résistent au moindre traitement.

 

RECONNAITRE L'INTERRELATION ENTRE TOUS CES SYMPTOMES

Puisqu'apparemment les symptômes se manifestent indépendamment les uns des autres tant dans leur intensité que dans leur fréquence, il ne vient à l'esprit de personne, pas même à leurs médecins, de relier les uns aux autres. Cela prendra du temps, parfois des années, avant de les rattacher à la FMS, sans pour autant en apporter une explication logique.

Ca leur est comme une révélation à mes patients d'entendre que leurs symptômes sont étroitement liés et ont une cause sous-jacente commune. Ils se sentent comme rassurés d'apprendre qu'ils n'ont pas 5, 10 ou 20 problèmes différents, mais un seul problème qui se manifeste par 5, 10 ou 20 symptômes différents. Et l'évidence que tous ces symptômes, aussi divers soient-ils, sont reliés à une même maladie, la fibromyalgie, et relèvent d'une même origine, leur apparaitra lorsque sous GUAIFENESIN ils verront progressivement régresser puis disparaitre, pour la plupart d'entre eux, la majorité de leurs symptômes. Un seul médicament, la GUAIFENESIN, renversera le cours de la maladie.

 

DES SYMPTOMES MINEURS CHEZ LES UNS PEUVENT ETRE DES SYMPTOMES MAJEURS POUR D'AUTRES

1) Les trois conditions les plus communes du syndrome fibromyalgique sont:

   - La fibromyalgie avec ses douleurs chroniques diffuses;

   - La syndrome de fatigue chronique (CFS) avec son manque d'énergie, ses troubles du sommeil, ses troubles cognitifs et dépressifs;

   - Le colon irritable (IBS), dénommé également colite, colon spastique, troubles fonctionnels digestifs;

Un individu peut n'avoir qu'une seule de ces conditions majeures pendant longtemps, mais pour la majorité, un jour ou l'autre, elles vont venir par s'intriquer. D'autres conditions, considérées comme conditions associée, peuvent être les seules à se manifester pendant longtemps, voire l'une d'entre elles seulement, puis prendre le devant de la scène et être fort invalidantes lorsque d'autres conditions vont survenir.

2) Les conditions associées les plus habituelles sont:

   - La cystite interstitielle (IC) caractérisée par de fréquentes mictions et des douleurs ou un inconfort au niveau de la vessie;

   - Un syndrome vulvaire (VPS) comprenant des douleurs au niveau des grandes lèvres ou des petites lèvres, accompagnées ou non de sécheresse, des douleurs ou un inconfort lors des rapports sexuels (vulvodynie et dyspareunie);

   - Le syndrome des jambes sans repos (RLS) avec un besoin irrésistible de bouger les jambes, survenant surtout ou plus intensément dans la soirée ou la nuit, accompagné de sensations bizarres et inconfortables;

   - Les fourmillements (paresthésies) au niveau des mains et des pieds, ressemblants à un syndrome du canal carpien ou tarsien, sans troubles cependant à l'examen électrique (électromyogramme);

   - Les malaises, des vertiges, des étourdissements;

   - Des migraines ou de simples maux de tête;

  - Une hypersensibilité aux produits chimiques, aux odeurs, aux bruits, à la lumière vive.

 

LE SYNDROME DE FATIGUE CHRONIQUE (CFS)

Ce syndrome n'est pas vraiment nouveau. Seul le nom de "fatigue chronique" est nouveau. Des syndromes similaires ont été constamment décrits dans la littérature médicale depuis des siècles. En fait, le CFS, l'un des mystères de la médecine des temps modernes, et la fibromyalgie sont une seule et même maladie, avec une cause sous-jacente commune.

Pour la plupart des patients, les deux termes, fibromyalgie et syndrome de la fatigue chronique, s'appliquent en divers moments de leur maladie, les deux conditions coexistent. Pour d'autres, l'un des tableaux cliniques dominera toujours l'autre. Il n'existe pas de syndrome de fatigue chronique stricto sensu, pure, exclusif. Un interrogatoire bien conduit et une palpation minutieuse mettront en évidence leur existence simultanée. A des degrés divers en intensité, tous les symptômes de la fatigue chronique rencontrent les critères de la fibromyalgie. Nous avons affaire à une même affection qui se présente sous divers aspects, en fonction du seuil individuel de la douleur et des zones, systèmes ou organes, affectées qui prédominent. Ceux qui possèdent un seuil très haut de la douleur peuvent n'avoir que la fatigue comme trouble dominant. L'anamnèse retrouvera cependant des symptômes du colon irritable, de vagues douleurs vulvaires ou de légers troubles mictionnels, associés à quelques complaintes douloureuses musculaires et tendineuses, mais le tout bien modeste ou insignifiant comparé à l'importance de la fatigue, de la dépression et des troubles cognitifs.

Selon la sévérité de l'atteinte du système nerveux, certains fibromyalgiques, outre la fatigue, souffrent d'un trouble de la mémoire immédiate ou à court terme qui handicape leur quotidien. Ils oublient ce qui vient de leur être dit et ne se souviennent où ils ont déposé des objets. Ajouté à cela une perte du sens de l'orientation, ils peuvent se trouver perdus en des endroits familiers. Au beau milieu d'une conversation ou d'une activité, ils peuvent perdre le fil de l'une ou de l'autre. Un quelconque raisonnement ou un simple exercice de déduction peut être difficile, voire impossible. Certains ne peuvent lire par manque de concentration ou par inaptitude à de nouvelles acquisitions, ou par perte de la mémoire des noms. Certains oublient leurs rendez-vous ou leurs projets immédiats, ou ne se souviennent pas s'ils ont ou non réglé leurs factures. Ces patients deviennent hypersensibles aux bruits, aux lumières vives, aux odeurs. Ils pleurent aisément et s'énervent à la moindre contrariété.

Il est important de reconnaitre en ces troubles cognitifs et en ces hyper-réactions sensitives et émotionnelles les expressions d'une même pathologie, la fibromyalgie. Le syndrome de fatigue chronique et celui de fibromyalgie avec ses complaintes douloureuses initiales et prédominantes répondent tous deux favorablement au même traitement par la GUAIFENESIN.

 

FMS ASSOCIEE A D'AUTRES MALADIES

Statistiquement, d'autres pathologies se rencontrent plus fréquemment associées à d'authentiques syndromes de fibromyalgie. En effet, dans plus de 20% des cas la fibromyalgie est associée à une maladie auto-immune telle que la polyarthrite rhumatoïde, le lupus érythémateux disséminé, le syndrome de Sjögren, la maladie de Behçet, la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la thyroïdite d'Hashimoto, ainsi qu'à l'hyperparathyroïdie et à l'hypothyroïdie non auto-immune.

Aucune relation de cause à effet n'a été clairement établie.

L'une influence l'autre, rendant parfois la part des choses difficile. Elles doivent être traitées en parallèle.

 

TESTES SANGUINS ET AUTRES EXAMENS AFIN D'ELIMINER UNE AUTRE PATHOLOGIE

Il n'existe pas de test spécifique de laboratoire qui confirme le diagnostic de fibromyalgie.

De nombreux symptômes, majeurs ou mineurs, communs au syndrome de fibromyalgie existent également dans des douzaines d'autres affections, rendant le diagnostic de FMS d'autant plus difficile. En fait, il s'agit d'un diagnostic d'élimination après toutes sortes de bilans diagnostiques de routine. Cela peut prendre des mois, voire des années, pour exclure toutes autres pathologies.

Cependant, les médecins et leurs patients restent troublés parce qu'aucun examen para-clinique (radios standards, ultrasons, scanners, RMI, EMG, EEG…) ou sanguin ne peut identifier ce qui provoque le moindre des symptômes. Leur normalité est néanmoins utile pour renseigner sur les pathologies qu'ils n'ont pas. S'ajoute à la confusion le fait qu'aucun traitement ne vient à bout du moindre des symptômes.

norkurld@zahav.net.il
Retour en haut de la page